Croisières en voilier, Skippair vous fait prendre le large en toute confiance avec des skippers pros !

Blog

Découvrez des conseils pour vos croisières avec skipper, les avis de nos précédents clients sur leur voyage et toutes nos idées pour vous faire prendre le large

Découvrez les devises des skippers du Vendée Globe

By on 19 janvier 2017 | 0 comments

Armel Le Cleac’h vient de franchir la ligne d’arrivée, après 74j 03h 35min de régate autour du monde. Autant de jours et de minutes que nous avons passé à rêver. Un énorme bravo à Armel, mais aussi à tous ces skippers d’exception présents au départ du Vendée Globe. A ceux qui sont encore en course bien sûr, mais aussi à ceux qui ont été contraints de s’arrêter plus tôt. A l’occasion de cette 1ère arrivée, on a envie de partager avec vous les plus belles devises de ces marins, recueillies lors de notre série d’interviews « Un tour dans le monde des skippers du Vendée Globe, par Skippair ». Une bonne dose d’inspiration pour démarrer cette nouvelle année !   Jean-Pierre DICK : « Ça part de là ! » « En régate, rien n’est jamais joué même dans une situation critique ou presque perdue. Le fait de croire en son destin, on peut revenir dans la course, et c’est à ce moment là que tout est possible ! »   Paul MEILHAT : « Homme libre, toujours tu chériras la mer ! » « C’est le respect avant tout ! Le respect des gens qui naviguent sur la mer. S’il y a un problème, l’entraide en mer est importante; et Le respect de la mer d’un point de vue environnemental… Il faut respecter cet ensemble ».   Eric BELLION : « Pour rencontrer des gens extraordinaires, il faut faire des choses extraordinaires. » Lors de la préparation du Vendée Globe, Eric Bellion a pu rencontrer Michel Desjoyaux, et Isabelle Autissier notamment. Selon Eric Bellion, le bateau permet de faire des rencontres formidables, notamment pendant les escales, ce qui offre la possibilité de partager avec des gens magiques.   Louis BURTON : « Qui trop embrasse, mal étreint ! » « Ne cherche pas à faire plus que ce que tu peux, que ton corps peut, que ton bateau peut parce que tu vas tout faire mal et te créer des problèmes ou prendre des risques. »   Conrad COLMAN : « If you can dream it, you can do it! » Parti avec son sac sur le dos depuis le Colorado, Conrad Colman est arrivé en France sans parler la langue pour devenir Skipper. Non sans effort, avec beaucoup de sueur et de bon boulot, il réalise aujourd’hui son rêve....

Lire la suite

Skippair recrute : Embarquez dans l’aventure !

By on 12 janvier 2017 | 0 comments

Skippair se renforce ! Si vous avez envie de prendre part à l’aventure du e-nautisme avec nous, c’est le moment d’embarquer ! Nous recherchons principalement deux nouveaux membres d’équipage à Nantes pour soutenir notre développement : un stage de web-marketing / contenu Web SEO et un autre en intégration front-end. Deux postes à pourvoir à bord de Skippair Voici les deux postes que nous souhaitons pourvoir.   1. Stage 6 mois – Web-marketing / contenu SEO (Nantes) Votre mission ? Growth-hacking et développement de nos canaux d’acquisition. Dans le détail, vous devrez : booster l’audience et la conversion de nos canaux d’acquisition existants : e-mailings, réseaux sociaux, jeux concours, création de contenu… en développer de nouveaux : Votre créativité est votre seule limite… fédérer nos communautés : nos voyageurs (animation d’un concours photo, partage de contenus, etc.) et nos skippers (mise en place de plan de promos, mise en avant, sélections) développer le web-marketing et l’UX de notre site : créer et optimiser les offres sur la plate-forme Skippair, mettre à jour les disponibilités des dates, les prix et les promos, créer des pages adhoc pour optimiser l’expérience user et plein d’autres choses ! Ce stage est polyvalent et évolutif. Selon le profil, vous pourrez, par exemple, être amené à piloter le lancement de la version anglaise de notre site ! Pour en savoir plus, retrouvez les détails de notre offre de stage Web-marketing / contenu SEO. Vous avez le bon profil et souhaitez rejoindre l’aventure Skippair ? Contactez-nous vite en envoyant votre CV et mail/lettre de motivation à Maïna Je postule ! 2. Stage 6 mois – Intégrateur front-end (Nantes) Votre mission ? Renforcer l’équipe IT et développer l’expérience utilisateur sur notre nouveau site, lancé en mars 2016, sous Django. Dans le détail, vous participerez à l’amélioration de l’UX de notre plate-forme et l’optimisation de notre conversion client. Vous travaillerez également au développement de l’interface skippers et de l’expérience client connectée. Objectif à terme : être responsable de toute la partie intégration et des évolutions de la plate-forme Skippair. Pour en savoir plus, retrouvez les détails de notre offre de stage Intégrateur front-end. Vous avez le bon profil et souhaitez rejoindre l’aventure Skippair ? Contactez-nous vite en envoyant votre CV et mail/lettre de...

Lire la suite

Episode 17 – Yann Eliès

By on 22 décembre 2016 | 0 comments

Skippair : Qu’est-ce qui vous intéresse dans la course en solitaire ? Yann Eliès : Quand je pars en solitaire, je cherche… (réfléchit) à me mesurer aux autres, parce que je suis un compétiteur, et à me mesurer à moi-même. En solitaire, on est seul face aux problèmes, à ses propres qualités, et surtout à ses défauts. Dans ce genre de course, on cherche donc un peu à se mettre en difficulté par rapport à ses points faibles et à repousser ses limites. Quand on se connaît bien, on sait où sont ses propres démons. On cherche donc un peu à les combattre aussi. Dans les moments où ils vont ressurgir, on sait qu’il va falloir être vigilant et veiller au grain.   Skippair : Le Vendée Globe est l’une des courses au large les plus dures au monde. Vous allez passer environ trois mois seul en mer. Pas d’escale, pas d’assistance… A quoi bon s’infliger une telle épreuve ?! Yann Eliès : Plus le défi est immense, plus la satisfaction le sera, elle aussi, à l’arrivée. Il n’y a pas de grande victoire sans adversité ni difficulté. A un moment donné, il faut se déshabiller et se mettre à nu face aux éléments et aux obstacles. C’est vraiment un truc qu’il faut apprendre dans la vie : on ne peut pas aller chercher une grande victoire et de grandes émotions sans adversité. Ce n’est jamais gratuit.   Skippair : Vous avez vous-même été directement confronté au danger du Vendée Globe. En 2008, à votre première participation, vous vous êtes grièvement blessé au large de l’Australie et vous avez dû attendre près de deux jours l’arrivée des secours. Comment abordez-vous aujourd’hui votre retour sur une course qui a bien failli vous coûter la vie ? Yann Eliès : Je me sens assez apaisé au final, parce que huit années se sont écoulées et beaucoup de choses se sont passées. Revenir en 2012 aurait été prématuré. Cet accident aurait été vraiment encore présent. Je me serais lancé dans la course animée d’une envie de revanche par rapport à cet événement-là. Aujourd’hui, je suis un sportif accompli, j’ai remporté trois Solitaire du Figaro [en 2012, 2013 et 2015, ndlr], une transat Jacques-Vabre [en 2013...

Lire la suite

Episode 16 – Conrad Colman

By on 22 décembre 2016 | 0 comments

« If you can dream it, you can do it ! » Voici la devise de Conrad Colman. Le jeune skipper néo-zélandais n’a pas hésité à passer du rêve à la réalité : il y a dix ans, il a tout largué derrière lui, les Rocheuses américaines et un quotidien de VTTiste, pour devenir le premier représentant de son pays à s’attaquer à l’Everest des mers. Il s’est installé en Angleterre puis en France où il est devenu préparateur du Britannique Steve White qui a participé à l’édition 2008-2009 (8e à bord de Toe in the Water). A vrai dire, ce n’est qu’un juste retour aux sources : son père était navigateur et Conrad a passé la première année de sa vie sur un voilier. Son rêve : boucler le Vendée Globe 2016-2017 puis revenir dans quatre ans pour jouer les premiers rôles. Un défi à la taille de ce sportif qui aime tant repousser les limites et a déjà pris part à des courses d’endurance de 24 heures en VTT ! Conrad Colman nous entraîne dans les coins reculés de Nouvelle-Zélande où la nature émerveille et nous raconte son combat pour la défense de l’environnement et sa passion des océans. « Beaucoup de sueur, beaucoup de bon boulot » Skippair : Tu es un homme de défis. « Il you can dream it, you can do it », la fameuse phrase de Walt Disney, est-elle ta devise en mer et dans la vie ? Certains hommes n’ont pas froid aux yeux ! Conrad Colman raconte, en vidéo, le jour où il a tout quitté pour s’attaquer à son rêve, le Vendée Globe :  Skippair : D’où te vient cette passion de la mer ? « Mon grand-père a construit son bateau dans le jardin » Ecoutez Conrad Colman, en vidéo, parler de ses premies souvenirs sur un voilier et de son enfance passée en mer :  Skippair : Est-ce que tu navigues aussi pour ton plaisir, en dehors des courses ? Découvrez la réponse de Conrad Colman en vidéo : Skippair : Tu es un amoureux de la nature. Tu as d’ailleurs placé votre Vendée Globe sous le signe de la défense de l’environnement… Je veux montrer que si je peux traverser les océans et les tempêtes les plus furieuses dans le monde, rien n’empêche les gens d’utiliser un véhicule électrique pour...

Lire la suite

Episode 15 – Jean Le Cam

By on 22 décembre 2016 | 0 comments

A cinq ans, il mettait un parasol sur son canoë pour faire une voile. Plus vieux, il naviguait avec son père aux Glénan où il retrouvait Jean Kerloc’h, gardien du phare de Penfret. Aujourd’hui, on l’appelle le « Roi Jean ». Au fil du temps et de ses exploits, Jean Le Cam est devenu une véritable figure de la course au large. A 57 ans, il fait partie du club des cinq à avoir décroché trois victoires dans la Solitaire du Figaro. Et le Vendée Globe n’a pas oublié son incroyable duel avec Vincent Riou : le skipper de Loctudy lui souffla la victoire en 2005 avant de le sauver quatre ans plus tard après qu’il ait chaviré au large du Cap Horn. Pour fêter ça, les deux rescapés s’en allèrent gagner la transat en double ensemble, en 2013. En somme, des rois ! Cette année, Jean le Cam a réussi l’exploit de lever 367 172 euros via une campagne de financement participatif pour boucler son budget et pouvoir participer à son 4ème Vendée Globe ! Rentrez dans le monde merveilleux d’un roi de la mer. « Tu ne peux pas avoir du blanc sans avoir du noir, ou alors tu as une vie toute grise » Skippair : Tu vas disputer ton 4ème Vendée Globe grâce au soutien des internautes qui se sont mobilisés après le lancement de ta campagne de financement participatif. Est-ce une émotion particulière pour toi ? Jean Le Cam a levé une somme record ! Il parle, en vidéo, de cette incroyable mobilisation et du bonheur que cela a généré : Skippair : Qu’est-ce qui t’anime dans le fait d’embarquer pour le Vendée Globe ? Jean Le Cam est un roi et un sage ! Découvrez la réponse de Jean Le Cam en vidéo, où le navigateur raconte sa vision de la vie : Skippair : Parfois, il faut bien se reposer. Quelle a été ta plus belle sieste à bord ? L’idéal, quand on fait une sieste, c’est de ne pas oublier de se réveiller. Jean Le Cam répond avec humour et relate, en vidéo, les siestes qu’il aurait mieux fait d’éviter : Skippair : Tu passes ta vie à silloner les océans. Quel est ton endroit préféré sur un bateau ? « Mon endroit préféré sur...

Lire la suite

Episode 14 – Stéphane Le Diraison

By on 21 décembre 2016 | 0 comments

Skipper ingénieur spécialiste en énergies marines renouvelables, Stéphane Le Diraison a commencé à  naviguer avant même de savoir marcher. Enfant, tous les week-ends, et par tous les temps, il partait naviguer en famille dans les parages de Lorient. Il a tout fait très vite : à 15 ans, il débutait déjà les navigations en solitaire. A la fin du collège, il retapait un petit bateau de six mètres abandonné sur une vasière et assurait seul des convoyages à son bord. Un précoce, on vous dit ! Le Vendée Globe, il en a envie depuis vingt-cinq ans. Et, pour sa première participation, il entend bien boucler l’aventure en moins de 90 jours. Pour ce faire, il a tout misé sur la récupération. Son partenaire, La Compagnie du Lit, lui a même concocté un matelas spécial pour la course ! Embarquez dans l’intimité d’un skipper tenace et ambitieux qui a fait sienne la devise des Visiteurs : « Que trépasse si je faiblis ! » Ses sensations en mer, les escales rêvées et les mots de sa femme, rencontrée en course… Il nous dit tout ! « Sans cesse repousser mes limites » Skippair : Que recherches-tu dans la course en solitaire ? Avis aux amateurs de sensations fortes ! Stéphane Le Diraison vous explique, en vidéo, les sensations qu’il ressent lorsqu’il est seul sur un bateau : Skippair : Tu as deux petites filles de 5 et 7 ans. Comment vivent-elles un si long voyage? J’ai choisi de ne pas dire au revoir à mes filles sur le ponton pour dédramatiser le départ. Je veux leur dire au revoir comme si je partais au travail. Pas facile, quand on a deux petites filles, de leur expliquer que papa part au travail et ne reviendra pas avant 3 mois ! Stéphane Le Diraison vous confie, en vidéo, ce qu’il a dit à ses filles pour qu’elles ne s’inquiètent pas de son départ. Il parle aussi du soutien indéfectible de sa femme, grande passionnée de la mer qu’il a rencontrée en course : Skippair : Tu es à la fois navigateur et ingénieur spécialiste en énergies marines renouvelables. Quel regard portes-tu sur les océans ? « Sans la mer, il n’y a pas de vie sur terre » Stéphane Le Diraison parle, en vidéo, de toutes les curiositées que lui inspire la...

Lire la suite

Episode 13 – Romain Attanasio

By on 20 décembre 2016 | 0 comments

Romain Attanasio fera-t-il mieux que sa compagne ? En 2009, Samantha Davies bouclait le Vendée Globe à la 4ème place ! L’anecdote vaut le détour car c’est la première fois que deux personnes d’un même couple ont un Vendée Globe sur leur CV. Samantha Davies n’a pas ménagé ses efforts pour soutenir son homme. Elle passe son temps à lui rappeler de bien s’atatcher à chaque manœuvre, entre autres précieux conseils. Pour son premier Vendée Globe, Romain Attanasio s’engage avec l’ancien Initiatives Cœur de Tanguy de Lamotte qu’il a racheté avec ses propres deniers. Une aventure hors norme pour ce navigateur né au cœur d’une famille de skieurs de haut niveau et qui passait toutes ses vacances à bord du Poker d’un grand oncle à Port Navalo à la découverte de Houat, Hoedic, Belle-Ile-en-mer… Embarquez pour un tour du monde avec le plus montagnard des navigateurs : sa lutte pour la protection des océans, ses destinations rêvées, son style de croisière… Il nous dit tout ! « Toutes mes idoles ont fait le Vendée Globe » Skippair : Quand on nait comme toi dans une famille de skieurs, quel regard porte-t-on sur le Vendée Globe ? Vous pensez qu’il faut forcément naître en Bretagne pour être un marin hors pair ? Erreur ! Découvrez, en vidéo, le lien que Romain Attanasio entretient avec la course du Vendée Globe : Skippair : Qu’est-ce qui t’a amené à la mer ? Découvrez, en vidéo, comment la passion de la mer est née chez Romain Attanasio, grâce à son grand-oncle de Port Navalo et à Florence Arthaud  : Skippair : Ta compagne a déjà disputé le Vendée Globe en 2008/2009. Comment vit-elle le fait de te voir partir aujourd’hui ? « Ma femme me dit de bien m’attacher ! » Pratique d’avoir une femme navigatrice ! Romain Attanasio explique, en vidéo, comment sa femme l’a aidé à préparer le Vendée Globe et la joie qu’elle ressent aujorud’hui à le voir au départ de cette course mythique : Mon petit garçon a cinq ans et il est à fond : il a une carte sur laquelle il suit la course, il connaît tous les bateaux par cœur et tous les skippers ! Skippair : Est-ce que tu navigues aussi pour ton plaisir, en dehors des courses ? « Plus...

Lire la suite

Episode 12 – Louis Burton

By on 19 décembre 2016 | 0 comments

Il aime l’Ile aux Moines et les Saintes, où le temps ne passe plus à la même vitesse, et manger de la viande sur un bateau car elle est meilleure qu’à terre. Bizuth et benjamin du dernier Vendée Globe, Louis Burton revient à bord de Bureau Vallée avec la volonté d’effacer le mauvais souvenir de 2012 où il avait dû abandonner après une collision avec un chalutier au large du Portugal. A la fois skipper et entrepreneur – il dirige le chantier naval BG Race basé à Saint Malo – Louis Burton s’est fixé un objectif : boucler la boucle puis rentrer au port et retrouver sa compagne, la navigatrice Servane Escoffier, et leurs enfants. Depuis sa rencontre étonnante avec sa femme jusqu’aux pires casses en mer, Louis Burton nous entraîne dans un océan d’émotions et de souvenirs. « Parfois, tu te demandes ce que tu fais là ! » Skippair : Tu disputes ton deuxième Vendée Globe ? Ta première expérience il y a quatre ans reste-t-elle l’un de tes pires souvenirs en mer ? Louis Burton raconte en vidéo la détresse qu’il a ressenti il y a quatre ans, lors de son premier Vendée Globe, lorsqu’il a dû abandonner : Skippair : As-tu une devise en mer ? Sur une course, ne cherche pas à faire plus que ce que ton corps et ton bateau peuvent car tu vas tout faire mal, créer des problèmes et prendre des risques. Louis Burton est un homme de raison. En amour, comme en mer, tout est une question de dosage, comme nous l’explique Louis Burton en vidéo : Skippair : Quelle est la plus belle rencontre que tu aies faite en mer ? Ma plus belle rencontre en mer ? Avec ma femme, lors d’un stage de survie pour préparer la Route du Rhum. La première fois qu’on s’est vraiment parlé on était en train de retourner le radeau de sauvetage ! Pas la peine de s’énerver sur son brushing ou de chercher pendant des heures la tenue idéale pour trouver l’âme soeur. Vive le naturel et le hasard ! Louis Burton a rencontré sa femme, la navigatrice Servane Escoffier, en mer. Un souvenir inoubliable et pas comme les autres qu’il nous raconte en vidéo : Skippair : Quelle est la plus...

Lire la suite

Episode 11 – Bertrand de Broc

By on 19 décembre 2016 | 0 comments

Cette année, son Vendée Globe sera une affaire de famille. Bertrand de Broc s’est fixé un challenge XXL : passer le Cap Horn avec son fils. Lui en bateau, son fils en planche à voile. Cet amoureux d’Ushuaïa dispute son 4ème Vendée Globe, une course qu’il a marqué au fer rouge. Blessé au visage lors de l’édition 1992/1993, il s’était recousu la langue en pleine mer, guidé à distance par le médecin de la course ! Âmes sensibles, s’abstenir ! Bertrand de Broc est une gueule, un personnage, un audacieux (Première Solitaire du Figaro à seulement 18 ans) et un visionnaire. On lui doit le concept « Votre nom autour du monde », ancêtre du financement participatif, permettant à des centaines de petits sponsors de contribuer pour des sommes modiques. Embarquez dans l’intimité du «Rambo» de la mer : son style de croisière, ses plus belles escales, ses plus beaux souvenirs… Il nous dit tout ! « Mon objectif : ramener le bateau en bon état » Skippair : Tu disputes ton quatrième Vendée Globe ? Comment ta famille vit-elle tes absences en mer ? On va essayer de passer le Cap Horn ensemble avec mon fils. Moi en bateau, lui en planche à voile. Il faut donc au moins que j’arrive au Cap Horn ! Ça me donne un challenge supplémentaire qui me pousse à bien gérer mon bateau. Si tout va bien, son fils ne devrait pas lui manquer trop longtemps. Sacré challenge que Bertrand de Broc s’est fixé avec son fils, champion de planche à voile ! Le skipper raconte, en vidéo, les retrouvailles qu’ils ont prévu à l’approche du Cap Horn :  Skippair : Qu’est-ce qui t’anime dans le fait de participer au Vendée Globe ? « Une place dans les 6, 7 ou 8 » Rambo n’est pas là pour faire de la figuration ! Il compte bien le boucler ce Vendée Globe et même finir dans le top 10 ! Bertrand de Broc décrit, en vidéo, les challenges d’une course autour du monde en solitaire : <iframe width= »700″ height= »394″ src= »https://www.youtube.com/embed/3Teqq_4tiys » frameborder= »0″ allowfullscreen                     Skippair : Quelle a été ta plus belle rencontre en mer ? La mer offre son lot de rencontres inattendues, comme ce face à face totalement improbable avec un remorqueur...

Lire la suite

Episode 10 – Arnaud Boissières

By on 18 décembre 2016 | 0 comments

Un jour, son père l’emmena accueillir les héros des mers aux Sables d’Olonne et Arnaud Boissières fut gagné par le virus. Aujourd’hui, c’est en tout jeune papa (son fils est né le 7 octobre dernier) qu’il a quitté le port à bord de l’ex Paprec-Virbac pour un grand départ forcément particulier. C’est son troisième Vendée Globe d’affilée. Une douce victoire pour un homme rescapé d’une grave maladie lorsqu’il était adolescent. C’est sans doute de cette douloureuse traversée qu’il puise sa devise en mer et dans la vie : « On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir ! » Sur le Vendée Globe, Arnaud Boissières a le don de repousser les limites de l’impossible. Sur l’édition 2008/2009, il a tenu tête un long moment aux bateaux flambant neufs à bord d’un bateau à quille fixe et décroché une magnifique 7ème place. Quatre ans plus tard, il fait presque aussi bien (8e). Embarquez dans l’intimité d’un skipper bien décidé à suivre la route de ses héros et à découvrir ce qui se cache derrière l’horizon. « C’est excitant de passer Noël et le Nouvel An seul en mer » Skippair : Trois mois en solitaire autour du monde, sans assistance et sans escale… Pourquoi t’infliger une telle course ? Bonne nouvelle, Arnaud Boissières ne vit pas le Vendée Globe comme un calvaire mais comme un moment privilégié ! Il raconte en vidéo l’émotion si particulière qu’il ressent à partir seul en mer autour du monde :  Skippair : Comment tes proches vivent-ils le fait de te voir partir en mer ? Voilà un automne placé sous le signe des émotions fortes pour le skipper ! Arnaud Boissières est devenu papa à un mois d’embarquer pour le Vendée Globe. Rien que ça ! Il raconte en vidéo comment il va vivre l’éloignement,  juste après la naissance de son petit garçon : Skippair : Quel est ton premier souvenir sur un voilier ? Une scène de ménage est-elle plus mouvementée en mer qu’à terre ? La réponse avec Arnaud Boissières ! Enfant, le skipper naviguait avec ses parents sur le bassin d’Arcachon. Il raconte en vidéo l’ambiance animée qu’il régnait à l’époque sur le bateau : Skippair : Sais-tu ce qui déclencha ta passion pour la mer ? « L’horizon m’a toujours intrigué » Depuis tout jeune, Arnaud Boissières a une...

Lire la suite

Episode 9 – Kito de Pavant

By on 17 décembre 2016 | 0 comments

Il dit que la mer est une drogue dure pour laquelle on n’a pas encore trouvé de remède. Kito de Pavant est un marin atypique mais toujours inspiré. Une chose est sûre : il a bien l’intention de terminer son troisième Vendée Globe et de se mêler à la bagarre à bord de l’ex-bateau de Jean-Pierre Dick. Chez les de Pavant, la mer est une passion que l’on transmet de père en fils : Kito a fait ses armes en naviguant sur le plan d’eau de son village à bord d’un minuscule voilier de bois construit des mains de son père. Depuis, les étangs sont devenus beaucoup plus grands, s’étirant jusqu’à l’horizon. Kito a navigué sur toutes les mers du monde et traversé l’Atlantique une bonne cinquantaine de fois. Embarquez dans l’intimité d’un baroudeur des mers : son premier souvenir sur l’eau, ses escales favorites, ses émotions à bord… Il nous dit tout ! J’aime regarder les bateaux Skippair : Tu disputes ton troisième Vendée Globe ? Qu’est-ce qui t’anime dans une telle course ? Kito de Pavant est un esthète et un romantique ! Il raconte en vidéo son amour des bateaux et son addiction pour la mer : Skippair : Quel est ton premier souvenir en mer ? La mer a été un choc culturel pour moi Croyez-le ou non, il a fallu s’y mettre à plusieurs pour que le jeune Kito apprenne à aimer l’eau. Kito de Pavant est né en Dordogne et lui, ce qu’il aimait par dessus tout, c’était galoper au milieu des forêts. Découvrez en vidéo le choc qu’a représenté sa découverte de la mer : Skippair : Que ressens-tu lorsque tu es en mer ? A chaque fois que je reviens d’un long parcours en mer, cela me rend très optimiste sur la planète. Elle est vraiment costaud. Kito de Pavant n’est pas très confiant sur l’avenir de l’humanité. Mais il croit en la puissance des éléments et nous raconte pourquoi en vidéo : Skippair : Quelle est la plus forte émotion que tu aies vécue sur un voilier ? Kito de Pavant ne peut pas s’éloigner de la mer bien longtemps. Il est carrément addict et il le dit en vidéo : Skippair : Si tu devais choisir un souvenir en mer… Les premières...

Lire la suite

Partir une journée en voilier : un plaisir extraordi…mer !

By on 29 juillet 2016 | 0 comments

Un avant-goût d’aventure et un grand vent de liberté – une journée en mer sur un voilier n’est jamais une expérience anodine. Parenthèse dans la parenthèse estivale, elle est une bulle d’oxygène dans un grand bol d’air. Elle apporte cette petite pointe d’émotions qui donne tout son charme aux vacances. Un éveil des sens salutaire, où se mêlent et se confondent l’attrait de la balade, l’appel du large et le vertige de l’inconnu. Alors, comment se déroule une journée sur le voilier d’un skipper pro ? On a résumé pour vous le programme-type d’une mini-croisière. Un voyage court pour une expérience riche, accessible à tous et plus dépaysante qu’il n’y paraît, tant les possibilités d’exploration sont nombreuses : criques isolées et côtes sauvages sur le littoral, îles désertes ou archipels habités au large.   Les temps forts d’une journée en mer Bon, avouons-le tout de go. Il est difficile de donner le programme exact d’une sortie en mer à la journée ! Il dépend, en réalité, de nombreux paramètres : votre port de départ, les conditions météo du jour, les courants de la région et vos envies du moment ! Et oui, l’équipe Skippair, comme le capitaine du bateau, sont à l’écoute de vos attentes en matière de parcours et d’activités. N’hésitez donc pas à leur faire part de vos souhaits ! A l’inverse, si vous préférez vous laisser porter, profitez-en et découvrez sans plus attendre, et heure par heure, comment votre journée en mer devrait se passer.   8h : Lever du bon pied Votre réveil des vacances a sonné un peu plus tôt que prévu ce matin. Vous le savez au fond de vous, cette journée ne sera pas comme les autres. Elle sera du genre que vous n’oublierez pas. Car aujourd’hui, c’est ni plage ni piscine, mais journée en mer sur un voilier ! Avant de partir, vous vérifiez votre paquetage. Vous l’avez rempli en suivant les recommandations envoyées par Skippair dix jours avant votre départ. Vous avez donc rempli votre bagage souple de toute la panoplie du parfait moussaillon : appareil photo pour faire le plein de souvenirs ; maillot et serviette pour se baigner ; crème, lunettes et chapeau pour se protéger du soleil ; mais aussi chaussures fermées et vêtements imperméables pour se prémunir...

Lire la suite

Déconnecter pendant les vacances : astuces de skippers pros

By on 1 juillet 2016 | 0 comments

Ils sont convaincus des bienfaits de la navigation en mer pour déconnecter en vacances. Ils vous ont même aidé à trouver des destinations de voyage pour débrancher. Ils vous ont livré leur coin secret, mais ils ne vous ont pas tout dit… Eric, Jean et Pascal, trois de nos quatre adeptes de la déconnexion en mer, reviennent pour vous donner un ultime conseil. Les trois skippers professionnels vous dévoilent cette fois leurs astuces pour décompresser encore plus en voilier !   Trois skippers, trois conseils pour déconnecter en vacances encore plus facilement !   Astuce 1 : participez aux manœuvres du bateau !     Proposée par Eric, skipper pro dans le Finistère Son conseil voyage pour déconnecter en vacances : l’archipel des Glénan en voilier   « Pour aider mes passagers à déconnecter, j’essaie de les impliquer au maximum dans les manœuvres et la marche du bateau. Si je ne les rends pas acteurs de leur croisière, ils resteront passifs et seront moins à l’écoute des éléments naturels. A l’inverse, si je leur permets de prendre en main le bateau, si je leur confie la barre, ils seront forcément amenés à observer davantage l’environnement – le vent, les courants, la météo, etc. Leur participation à la navigation aidera à leur déconnexion. Elle se fera naturellement et les gens se sentiront heureux de maîtriser une embarcation de dix mètres de long et de quatre tonnes. Et pendant qu’ils sont concentrés sur l’avancée du bateau en mer, au moins, ils ne pensent pas à tout ce qu’ils ont laissé derrière eux sur terre ! »   Envie de suivre le conseil d’Eric ? Voici nos 3 croisières coups de cœur pour une navigation active en voilier pendant les vacances, aux côtés d’un skipper professionnel : un week-end voile aux Glénan avec Eric lui-même : l’archipel des Glénan n’est qu’à une quinzaine de kilomètres des côtes du Sud-Finistère. Ce vrai-faux lagon est ponctué de cailloux, rochers et îlots. Il est donc très intéressant pour qui souhaite découvrir la navigation (notamment avec le jeu des alignements). L’endroit est également splendide, ce qui ne gâche rien ! En plus, vous pouvez faire votre baptême de plongée aux Glénan au cours de cette croisière. Idéal pour définitivement se déconnecter du monde ! une croisière 4...

Lire la suite

Déconnecter pendant les vacances : évasion à Chatham Bay, dans les Antilles

By on 24 juin 2016 | 0 comments

Marre du stress au quotidien ? Profitez de vos congés pour déconnecter ! Les vacances sont faites pour être posées et se reposer. A condition de choisir avec soin une destination adaptée… Pour vous aider, on a fait appel à notre communauté de skippers professionnels. Ils vous ont déjà conseillé deux endroits où débrancher (ici et là). Mais nous vous avions réservé le meilleur pour la fin : une escale aux Antilles, plus précisément aux Grenadines, en mer des Caraïbes. Difficile de faire mieux en matière de séjour détente, en mode cool, zen et coupé du monde !   Escale aux Antilles : Chatham Bay, le meilleur endroit pour déconnecter aux Grenadines Un séjour en voilier à Saint-Vincent-et-les-Grenadines (SVG, pour les amateurs d’acronyme) se résume assez simplement en une image (voir toutes celles ci-dessous), comme en trois mots : sea, sail and sun ! Evidemment, une telle destination est par définition paradisiaque. C’est un pléonasme. Ici, au cœur des Petites Antilles, l’eau cristalline étincelle sous un soleil radieux. Le ciel bleu azur éclaire le vert profond d’une végétation luxuriante. Le sable blanc lance ses éclats d’or à la volée. Et votre voilier file sur une mer limpide, poussé par une brise suave et délicate. Bienvenue au bout du monde dans un éden d’air pur et d’eau fraîche ! Bien sûr, les 32 îles de Saint-Vincent-et-les-Grenadines sont autant de perles immergées en mer des Caraïbes. Il est difficile de n’en choisir qu’une. Elles sont toutes sublimes. Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraître, il existe un endroit encore plus magnifique, un mouillage encore plus merveilleux et relaxant que les autres : Chatham Bay, sur Union Island.   Chatham Bay, le trésor des Grenadines Le site fait partie de ces coins secrets connus uniquement de quelques navigateurs bien informés. Alain, skipper professionnel, fait partie de ceux-là. Sans surprise, ce lieu est l’escale aux Antilles qu’il préfère. Chatham Bay a tout pour plaire. L’eau est calme, tout comme le rivage. La plage est grande, avec un sable blanc très fin. La baie est relativement vaste et abritée. Elle est comme protégée par des collines assez élevées, sur lesquelles s’épanouit une végétation verdoyante. Chatham forme en grande partie la côte ouest d’Union Island. Cette île est parmi les plus au sud...

Lire la suite

Déconnecter pendant les vacances : détour par l’Irlande, sur la côte ouest belle et sauvage

By on 22 juin 2016 | 0 comments

Le travail, c’est la santé, paraît-il. Mais partir en vacances, c’est la conserver ! Car, oui, les congés sont faits pour se ressourcer. Encore faut-il savoir débrancher… et connaître les endroits où aller pour se reposer en toute tranquillité. Ca tombe bien : nos skippers professionnels ont quelques idées sur le sujet. Dans le cadre de notre série spéciale Déconnexion, ils vous révèlent leurs escales favorites, ici ou là, pour décrocher le temps d’un été. Cette fois, on met le cap au nord, direction l’ouest de l’Irlande, avec non pas une, mais deux destinations à faire pour déconnecter : la baie de Bantry et ses îles d’une part, et Valentia Island d’autre part.   Escale en Irlande : nos deux arrêts incontournables pour des vacances tranquilles C’est une région envoûtante aux charmes millénaires. L’Irlande de l’ouest se prête particulièrement bien à une croisière en voilier. Des falaises rugueuses, de vertes collines et des plages isolées, des villages pittoresques aux façades colorées… sans oublier les pubs chaleureux : ici plus qu’ailleurs, il semble finalement assez simple d’oublier un instant le monde extérieur. Il suffit, pour cela, de s’abandonner à la beauté immuable des paysages ou au plaisir malté d’une pinte bien fraîche ! Un voyage en Eire est une bulle d’oxygène, en même temps que la garantie d’un séjour au calme et au naturel. Les coins sauvages et authentiques y sont nombreux, pour le plus grand bonheur de Jean, skipper pro en Bretagne. L’Irlande reste assez authentique, tout comme ses habitants. Cette île ressemble pas mal à Ouessant, mais en bien plus grand. C’est vraiment un plaisir de naviguer dans ses eaux. Mais quand il s’agit de déconnecter en vacances, Jean préfère faire escale en Irlande de l’Ouest. Il apprécie les espaces reculés, rustiques et parfois rudes de ce littoral occidental aux contours déchiquetés. La côte prend ici la forme de longues baies effilées et étroites, cernées par d’imposantes langues de terre défiant l’Atlantique. De quoi réjouir notre skipper. Sur la côte ouest de l’Irlande, on peut trouver des coins beaucoup plus déserts et sublimes que partout ailleurs. Ma préférée est la baie de Bantry. On le comprend. Sur 35 kilomètres, Bantry Bay est l’un des ports naturels les plus profonds au monde. C’est...

Lire la suite

Déconnecter pendant les vacances : cap sur les Glénan, le lagon breton

By on 10 juin 2016 | 0 comments

Prendre des vacances, c’est bien. Décrocher pendant ses congés, c’est mieux. Et partir en voilier, ça aide ! Nos skippers professionnels sont là pour en témoigner : la mer facilite la déconnexion. Au fil de l’eau et au gré du vent, la navigation à la voile impose un rythme différent. Inutile de résister : le large vous emporte loin du monde. Irrémédiablement. Alors où aller pour s’évader vraiment ? Certaines escales invitent plus naturellement que d’autres au lâcher-prise. Pour les connaître, nous avons demandé l’avis de quatre skippers professionnels. Ils nous ont donné leurs destinations favorites pour déconnecter. L’une est lointaine, l’autre près d’ici, et la dernière ? Elle est tout proche des côtes françaises, et pourtant tellement dépaysante. Bienvenue aux Glénan !   Une escale aux Glénan pour déconnecter en vacances plus facilement   Inutile d’aller chercher au bout du monde ce que l’on peut trouver à la porte de chez soi. A une quinzaine de kilomètres des côtes françaises, l’archipel des Glénan ressemble… à une anomalie. « Ce sont les Antilles de la métropole », s’émerveille Jean, skipper professionnel en Bretagne. Des îlots en cercle aux plages de sable blanc, égrainés autour d’une mer aux tons bleu-vert : cet endroit enchanteur est souvent comparé à un lagon. Pourtant ici, aucune trace de corail. C’est la disposition en ellipse si caractéristique des Glénan qui forme une barrière naturelle. A l’intérieur de ce périmètre rocheux, les eaux de l’Atlantique s’écoulent paisiblement. L’océan prend alors des allures de mer intérieure. On l’appelle même « la Chambre », du côté de l’île Saint-Nicolas.   Une escale aux Glénan pour se dépayser Pour Jean, aucun doute : une escale aux Glénan aide à déconnecter en vacances. Ces îles ont pour elles d’être à la fois déroutantes de beauté et accessibles facilement du Finistère : Les Glénan sont magiques. Les couleurs de la mer sont particulières, avec des tons turquoise. Et les plages sont grandes, avec un sable fin et très clair. On a vraiment l’impression d’être ailleurs. Ce dépaysement a aussi séduit un autre de nos témoins. Basé à Bénodet, Eric, skipper pro lui aussi, navigue dans ces îles bretonnes depuis des années. Même après tout ce temps, elles sont toujours, à ses yeux, un lieu « impressionnant » à parcourir en voilier. Il est assez facile...

Lire la suite

Les vacances en voilier, ou l’art de déconnecter

By on 9 juin 2016 | 0 comments

Et si on débranchait pendant les vacances ? Vraiment. Les médecins s’accordent à dire que les congés devraient être un véritable moment de rupture, une pause, un temps pour soi et pour se ressourcer. Dans les faits, c’est plus compliqué. Le téléphone portable dans la poche, Internet accessible presque partout… la tentation est grande de rester relié au monde extérieur. Il faut pourtant (ré)apprendre à se déconnecter. Et il existe un moyen simple pour y parvenir : mettre les voiles, au sens propre ! On a demandé à trois skippers professionnels de nous dire pourquoi les vacances en voilier sont le plus sûr moyen d’oublier son quotidien. Cet article est le premier d’une série sur la déconnexion qui vous mènera des Glénan aux Grenadines en passant par l’Irlande, sans oublier les petits trucs en plus de nos navigateurs pour bien déconnecter !   Déconnecter en vacances, c’est facile en voilier ! Les vacances, c’est bien connu, elles sont faites pour se reposer. Plus facile à dire qu’à faire. Une étude réalisée par Roambi et Zebaz en 2013 montrait que 93% des cadres et patrons français avaient « déjà consulté ou eu besoin de leurs données professionnelles durant leurs congés ». Et pour cause : il n’a jamais été aussi simple d’y accéder. Dans un monde de plus en plus connecté, seuls 4% des Français parviendraient à partir en voyage sans son smartphone, d’après un sondage de Next Content pour Liligo. Et seule une personne sur cinq ferait l’effort d’éteindre son téléphone et d’ignorer sa boîte e-mail pendant ses vacances. Internet a pris une telle importance dans la vie des salariés qu’un nouveau « droit à la déconnexion » devrait bientôt être inscrit dans la loi. L’objectif ? Raisonner l’usage des outils numériques au sein de l’entreprise, « en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ». Entrée en vigueur prévue au 1er janvier 2017.   De la nécessité de reformater son corps et son esprit Mais lâcher prise n’est pas chose aisée. Les Anglo-saxons ont donné un nom à ce besoin presque maladif d’être branché en permanence au monde extérieur. C’est le FOMO, pour fear of missing out. Cette « peur de passer à côté de quelque chose »...

Lire la suite

Croisière en Sardaigne : top 5 des escales les plus spectaculaires

By on 26 mai 2016 | 0 comments

La Sardaigne n’est pas une île méditerranéenne comme les autres. Et il y a fort à parier que vous reviendrez envoûté d’une croisière à la voile dans ses eaux d’émeraude. L’île porte en elle ce petit quelque chose de sauvage, de mystérieux et d’indomptable qui fonde son identité, à nulle autre pareille. La culture sarde s’est forgée au fil d’une histoire millénaire, marquée par des vagues de colonisation successives – romaine, byzantine, espagnole… Vous en retrouverez la trace à Cagliari et Alghero. Aujourd’hui, la Sardaigne est une région autonome à part entière de l’Italie. Mais elle n’a pas oublié ses racines : plus de 80% de la population y parle encore le dialecte local. Fière de son passé, la Sardaigne peut l’être aussi de sa nature. Partout, et encore plus sur la côte d’Emeraude et l’archipel de La Maddalena, des criques enchanteresses, des plages magnifiques et une eau cristalline. Au centre-est de l’île, un massif montagneux accidenté et envoûtant, le Gennargentu, face à un golfe d’Orosei tout aussi épatant. Ici et là, des paysages préservés et tranquilles, comme sur l’île de l’Asinara. Décidément, la deuxième plus grande île de Méditerranée n’a rien à envier à ses petites sœurs. Vous y trouverez, au contraire, un peu plus de sérénité. Surtout si vous optez pour une croisière en Sardaigne à la voile. Et dans ce cas-là, nous avons repéré, rien que pour vous, les cinq escales les plus spectaculaires à voir sur l’île ! Les escales les plus impressionnantes d’une croisière en Sardaigne à la voile   Escale 1 : la côte d’Emeraude, entre plages et paillettes Bon, oubliez tout ce qu’il vient d’être écrit. La Costa Smeralda est tout simplement l’exception qui confirme la règle. Vous voici en effet dans un haut-lieu de la jet-set mondiale, le coin le plus bling-bling de Sardaigne. L’endroit s’est métamorphosé dans les années 1960, sous l’impulsion du prince ismaélien Karim Aga Khan IV. Amoureux de ce littoral étincelant, le multimillionnaire en a fait un havre de paix pour grands de ce monde. Porto Cervo est la capitale de cet univers exclusif, mélange de villas somptueuses, hôtels de luxe et clubs privés. Sa marina ne compte pas moins de 700 places, où se pressent des yachts...

Lire la suite

Transat AG2R : Chabagny et Tabarly remportent un final à suspense

By on 26 avril 2016 | 0 comments

Au bout du suspense et dans un souffle : Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ont remporté, ce lundi 25 avril 2016, la treizième édition de la Transat AG2R-La Mondiale sur leur voilier monotype Gedimat. Après vingt-deux jours en mer, ils ont fini avec moins de cinq minutes d’avance sur leur plus proche poursuivant, Nicolas Lunven et Gildas Mahé, sur Generali (+4 minutes 04 secondes). Et dans les Antilles, les cinq premiers se tiennent en moins d’une heure. Un final de transat au contact à Saint-Barth La fin de la course à la voile entre Concarneau et Saint-Barthélémy a été palpitante… et stressante pour le tandem Chabagny-Tabarly. En tête depuis plusieurs jours, les deux navigateurs ont vu leur avance fondre à mesure que le vent tombait à l’approche de Port Gustavia. Derrière eux, un groupe de quatre bateaux revenait à toute allure. Une lutte tactique à cinq s’engageait alors dans les dernières vingt-quatre heures… à une vitesse moyenne de trois nœuds ! Au plus fort de la lutte pour la victoire, l’écart avec les deuxièmes est tombé à moins d’un mille. Mais Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ont tenu bon la barre dans ce final au contact. Une belle revanche pour les deux skippers : lors de la précédente édition, il y a deux ans, ils avaient démâté, alors qu’ils menaient la transat. Cette fois, pas de nouvelle désillusion. Ils mettent la main sur une victoire longtemps incertaine. De retour à terre, leur joie était à la mesure de leur soulagement, comme l’a confirmé Thierry Chabagny. « Ce fut un scénario hitchcockien jusqu’à la fin. Cette arrivée, c’est fabuleux ! C’est de la joie énorme, du soulagement aussi car il y avait une tension énorme, on ne pouvait pas y croire tant que la ligne d’arrivée n’était pas franchie. Il y a eu tellement de choses avant, d’espoir et de désespoir. » Le duo succède au palmarès à Gwénolé Gahinet et Paul Meilhat. A midi, ce mardi, pas moins de huit équipages étaient déjà arrivés à Saint-Barth. Le classement général est disponible sur le site de la Transat AG2R-La Mondiale. Envie de découvrir les Antilles à la voile ? Consultez nos offres de croisière ou contactez-nous ! J’embarque pour les...

Lire la suite

Croisière Irlande de l’Ouest : les plus belles escales

By on 26 avril 2016 | 0 comments

L’ouest de l’Irlande, jusqu’au phare du Fastnet, est une très belle zone de navigation à explorer en croisière, où l’on rencontre plus de dauphins que de voiliers ! Les profondes baies regorgent de mouillages naturels bien abrités des dépressions toujours possibles dans cette région. A terre, les nombreux pubs chaleureux vous accueilleront avec leurs chansons folkloriques. Vous pourrez aussi y goûter leurs bières variées et leurs whiskeys irlandais – triplement distillés, ils sont un peu plus doux que les whiskys écossais. Le climat doux, avec une alternance d’éclaircies et d’averses, est proche de celui que l’on peut rencontrer au sud de la Bretagne.   Les plus belles escales d’une croisière en Irlande de l’Ouest   De Galway aux îles d’Aran : l’Irlande sauvage et rugueuse En quittant Galway, on pourra explorer les mouillages particulièrement sauvages du sud du Connemara et accoster sur les îles d’Aran, d’une beauté à couper le souffle. On pourra visiter ces îles à pied ou à vélo pour admirer les impressionnantes falaises, les ruines de forts préhistoriques et les phoques qui se prélassent sur l’une des plages. Les paysans-pêcheurs ont protégé leurs terres balayées par les vents d’ouest en construisant des murets de pierre grise qui s’entrecroisent et en creusant des sillons dans la terre pour y cultiver des pommes de terre. Des falaises de Moher à Portmagee : le charme et le calme du littoral irlandais En poussant votre croisière vers le sud, vous  pourrez longer les plus hautes falaises d’Europe (falaises de Moher). Elles abritent de nombreuses espèces d’oiseaux. Vous pourrez également apprécier les rares marinas, relativement petites mais bien équipées : Kilrush, à la fois ville tranquille et port au milieu des terres, auquel on accède par une écluse ; Dingle, ville plus fréquentée avec leurs maisons très colorées, de très nombreux restaurants et pubs, où l’ambiance est chaleureuse et animée. Un dauphin a élu domicile dans cette baie très protégée de l’ouest irlandais et se prête de bonne grâce aux photos des visiteurs. Un peu plus au sud, l’île de Valentia offre de nombreuses possibilités de mouillage à proximité, dont au sud, dans un bras de mer très calme, le petit port de pêche de Portmagee. On peut admirer du mouillage les façades multicolores de ses maisons,...

Lire la suite

Croisière Côte d’Azur : top 5 des destinations incontournables

By on 11 février 2016 | 0 comments

Le soleil azuréen chauffe les plages et les ports de la côte de Marseille à Menton. Dans les années 1920, Francis S. Fitzgerald salue la « magie de la chaude douceur du Sud » et raconte une Côte d’Azur élégante et ensoleillée. En été, la navigation est rendue favorable par le Ponant, un vent d’Ouest qui fait souffler une brise énergique et agréable à naviguer. Le fameux Mistral quant à lui est un vent de Nord/Nord-Ouest, et prudence, il peut énerver un peu le large… Côte d’Azur offre un panel varié d’excursions qui rythmeront vos croisières, de l’authenticité de ses îles au bling bling des super yachts… Nous avons fait pour vous la sélection de cinq destinations qui enchanteront votre croisière voilier Cote d’Azur, au gré d’escales ensoleillées et de balades sauvages ou raffinées. Pour compléter cet article, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du Guide du Routard. Croisière Cote d’Azur : les îles d’or, Porquerolles, Levant et Port-Cros En dehors de ses authentiques restaurants, de ses galeries raffinées et de ses jardins fleuris, le village provençal de Porquerolles est entouré des plus belles plages de sable fin de la côte Varoise. Débarquez pour une excursion au sommet du fort Saint Agathe et profitez de la vue époustouflante. Faites cap sur les Mèdes, au nord-est de l’île, où le ponton de la plage de la Treille a été rendu célèbre par Jean-Luc Godard. Il y a tourné Pierrot le Fou en 1965, film emblématique de la Nouvelle Vague. Action ! À la suite du programme de la croisière, l’île du Levant est la plus verte de l’archipel. Seuls 10% de sa surface sont accessibles au public, elle est une oasis paisible comme il en existe peu! En bateau, on la contourne pour approcher au plus près un cadre floral intact. Port-Cros, la petite dernière, séduit par sa charmante simplicité. Quelques maisons de pêcheurs aux couleurs pastels, une petite église et un château s’étendent sur la baie jusqu’au for de l’Éminence. Le mouillage sur corps mort ou sur ancre est très réglementé; attention par ailleurs au faibles fonds, au sable et aux rochers. Croisière Cote d’Azur : Île de Lérins (archipel de 5 îles) Dans la baie de Cannes, l’archipel de Lérins est composée de 4 îles, privilégiez d’une part les...

Lire la suite

La bonne idée cadeau de Noël !

By on 15 octobre 2015 | 0 comments

Offrez le large à un proche, avec 5 croisières au choix ! Vous recherchez un cadeau de Noël original ? Offrez La Box du Large ! Une pause ressourçante et iodée qui ravira vos proches, amoureux de la mer ou marins d’eau douce ! Emmenez-les sur un voilier le temps d’une journée ou d’un week-end. Accompagnés par un skipper professionnel, ils s’initieront à la voile en toute confiance. Aucun niveau en voile n’est nécessaire, bienvenue aux novices. La Box du Large est présentée dans un coffret de pirate. Le bon cadeau est à l’intérieur d’une bouteille à la mer. Plusieurs formules sont proposées : journée ou weekend et 5 destinations françaises pour toute la famille ! A partir de 109€ la journée et 225€ le week-end. Livraison rapide : en 4 jours ouvrés. Une formule géniale, approuvée par nos clients et également relayée dans la presse et de nombreux blogs de voyage ! Offrez la Box du Large   Nouveauté 2015 : la E-Box du large La version dématérialisée de la Box du Large, qui a les avantages d’être : + économique, + rapide et + écolo ! Dès l’achat de celle-ci, le bon cadeau vous est envoyé par mail, prêt-à-imprimer et prêt-à-transférer à l’heureux bénéficiaire de ce cadeau de la mer ! Selon les budgets et les envies, 2 formules sont proposées : la e-Box journée à partir de 99€ et la e-Box week-end à partir de  215€. Offrez l’e-Box du Large   Voici les exemples des escapades prévues dans les sélections Box et E-Box. Elles pourraient bien plaire à votre soeur, votre conjoint, votre cousine ou vos amis…. 🙂   Cap vers les îles normandes Chausey et Jersey Le cadeau de Noël idéal pour votre sœur qui souhaite améliorer son anglais et tester les vrai pubs anglais ! Lors de cette croisière avec Pascal, skipper professionnel, elle naviguera vers l’archipel de Chausey et un peu plus loin pour faire escale sur l’île anglo-normande Jersey et vivre à l’heure anglaise. Voile vers les îles anglo-normandes Sark et Guernesey Votre papa aime mêler culture, évasion et détente ? Cette croisière est faite pour lui. Avec Gérard, son skipper, il mettra cap vers Aurigny, l’île paradis pour les amoureux de la nature ou vers Guernesey sur les traces de Victor Hugo qui y vécut...

Lire la suite

Visiter Corfou : les 5 lieux incontournables

By on 30 septembre 2015 | 0 comments

Corfou, c’est où ?   Corfou, appelée Kerkyra en Grec, est l’une des 7 îles Ioniennes, situées au nord-ouest de la Grèce, en face de l’Albanie. Mythologiquement visitée par Poséidon, puis par Ulysse, Corfou fut ensuite envahie par de nombreux visiteurs : Byzantins, Vénitiens, Français, et Anglais qui contribuèrent tous à son ensemble architectural varié. Avant de visiter Corfou, si vous souhaitez en savoir plus sur son histoire, cliquez ici. Visiter Corfou : ce qu’il faut voir   1. Corfou City Pour s’imprégner de l’ambiance de l’île, rien de tel que de commencer par se balader le long des nombreuses ruelles de la ville de Corfou, si typiques avec leurs centaines de magasins et de restaurants. Promenez-vous ensuite le long du port en longeant la mer mais ne manquez pas la visite de la New Fortress et surtout de la Old Fortress. Ça grimpe un peu mais les panoramas de leurs sommets valent le coup ! Lors de la visite de la Old Fortress, contournez la pour passer devant l’église Saint George qui vaut le coup d’oeil. 2. Achilleio La célèbre impératrice Sissi a tenu à faire construire un palais en haut d’une colline de Corfou, située entre Corfou City et Benitses… Et une fois en haut, on comprend pourquoi ! Un palais resplendissant, une architecture digne de l’empereur François-Joseph, un jardin de statues surplombant la mer… Ne partez pas de l’île sans l’avoir vu, ce serait tellement dommage…    3. Paleokastritsa et le monastère Angelokastro Très belle ville touristique entourée de bras de mer turquoise… Paleokastritsa, située à l’ouest de l’île, est un petit paradis pour y résider 2,3 jours, juste pour se reposer. L’église de cette ville est quelque peu moderne mais si vous continuez dans la montagne, vous trouverez le magnifique fort Byzantin Angelokastro et sa vue exceptionnelle (attention, fermé le lundi)   4. Baies et Plages Si vous restez quelques jours sur l’île, louez une voiture ou un scooter et n’hésitez à vous balader le long des côtes au nord de l’île, vous y découvrirez des petits villages typiques : Ag.Georgios, Sidari, Kassiopi et de petits coins magiques comme Peroulades ! Quasiment toutes les baies de Corfou sont baignables, avec de l’eau claire et une...

Lire la suite

Ils ont pris le large – journal de bord Skippair !

By on 7 août 2015 | 5 comments

  – Fanny, embarquée avec ses amies en croisière cap vers les Calanques de Marseille, avec le skipper Jean – « Super expérience de partir avec Skippair! On a pu choisir et personnaliser ce que l’on voulait, à savoir doubler notre croisière d’un vrai stage de voile. Nous voilà rentrées pleines de belles choses dans la tête et plein de connaissances sur la voile. Hâte de repartir!!! Et si vous voulez partir en Côte d’Azur comme nous, on vous recommande le skipper Jean et son voilier Fox! »   – Jérémie, cap vers Aurigny au départ de Cherbourg, avec le skipper Gérard – « Nous avons passé 3 jours entre Cherbourg, Aurigny et Guernesey. Nous avons beaucoup apprécié le professionnalisme de Gérard qui a su adapter le parcours en fonction de la météo et du vent, tout en tenant au maximum compte de nos préférences. Il nous a fait participer dès qu’il le pouvait dans la limite de nos (maigres) compétences, et a tout fait pour que nous passions de super mini-vacances (conseils sur les balades à faire, apéros dans les pubs ou sur le bateau, etc.). Nous avons également apprécié la réactivité de Skippair qui nous a organisé ces 3 jours en un temps record (4 jours avant le départ). Une belle initiation à la voile en mer, à refaire et à recommander sans hésiter ! » – Audrey et Maziar, en week-end de voile cap vers Chausey au départ de Granville, avril 2015 – Week-end surprise inoubliable….. avec le plus beau des cadeaux ! Merci Skippair  – Pierre, embarqué en croisière voile et plongée avec le skipper Piwi, Avril 2015 – « Nous avons passé avec PiWi une croisière phénoménale, il a vraiment répondu aux attentes de tout le monde, kitesurfeurs, plongeurs, wakeboardeurs, explorateurs et farnienteurs ! Un must go ! » – Chrystel, embarquée en croisière plongée aux Antilles – « Nous rentrons de Martinique avec plein de paillettes dans les yeux. Le séjour à bord d’Ananda 2 s’est super bien passé, les filles se sont très bien entendus et les adultes aussi ! Catherine et François nous ont accueillis avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme, toujours très prévenants et attentifs à notre bien-être. Ma petite famille a pu s’initier à la plongée et a adoré ces instants hors du temps.   – Julie et...

Lire la suite
Page 1 sur 212
Chargement...